Categories
Didactique générale

Pédagogie et didactique: rapports

Dans sa pratique de classe, l’enseignant est attentif à la fois au savoir à faire acquérir et à l’apprenant à instruire. Ce constat nous conduit à nous interroger sur la part qui reviendrait à la didactique et celle qui reviendrait à la pédagogie dans l’activité éducative ; et aussi sur les différents rapports qui pourraient s’établir entre la didactique et la pédagogie. Selon les auteurs qui ont réfléchi sur la question, ces rapports peuvent être d’opposition, d’égalité, de recouvrement ou de quasi-synonymie ou encore d’inclusion.

Categories
Didactique générale

Relation d’apprentissage

C’est la relation d’apprentissage qui se tisse entre l’élève et les savoirs dans une situation pédagogique précise (Barbeau, D. : 11). S’il est vrai que seuls les élèves apprennent et personne d’autre ne peut le faire à leur place, il n’en demeure pas moins que la manière dont les enseignants conçoivent leurs cours, les exercices qu’ils font faire à leurs élèves, les textes qu’ils leur font lire, etc.[1] « exercent également une grande influence sur les stratégies d’apprentissage et sur les stratégies d’étude des élèves »[2]. Le travail des enseignants ne se limite pas à enseigner mais aussi et surtout à faire apprendre le savoir. Develay (1993) estime que « de spécialistes de l’enseignement, les enseignants ont à devenir des spécialistes des apprentissages scolaires »[3]. Pour Legendre (1988, p. 618), un apprentissage n’a lieu que si et seulement si les trois dimensions cités supra (l’enseignant, le savoir et l’élève) sont mis en relation. L’apprentissage est « un processus interactif entre l’enseignant et l’élève », et en tant que tel, il est « une responsabilité partagé entre l’élève et l’enseignant », écrit Denise Barbeau (op.cit. : 12).

Categories
Didactique générale

Relation d’enseignement

Cette relation s’établit, en classe, entre l’enseignant et l’élève. Elle suppose, bien entendu, un savoir à enseigner et à apprendre, sinon il n’y a point de relation d’enseignement. À la limite, comme le dit Denise Barbeau, on peut parler de « relation personnelle » entre l’enseignant et l’élève mais non de relation d’enseignement[1].

Categories
Non classé

Transposition didactique

On doit l’introduction du concept de transposition didactique, notamment en didactique des mathématiques, à Yves Chevallard[1] au début des années 1980. Certes le thème de la transposition didactique y était présent en acte, mais le mérite de Chevallard est d’en avoir proposé une théorie afin de rendre raison des phénomènes de transposition didactique[2].

Categories
Non classé

Matrice disciplinaire

L’école est le lieu où l’on apprend quelque chose. Mais on ne peut pas tout apprendre à l’école, parce qu’à l’école on ne peut pas tout enseigner ; d’où la question : que faut-il enseigner-apprendre à l’école ? De cette question découle au moins une autre : sur la base de quoi décide-t-on de ce qui est à enseigner ? C’est pour répondre à ces deux questions que les didacticiens ont inventé le concept de matrice disciplinaire. La « matrice disciplinaire, affirme Christian Couturier, est une notion qui a été inventée pour comprendre, en didactique, les soubassements idéologiques, politiques, scientifiques, pragmatiques … à l’origine des choix disciplinaires »[1]. C’est donc au niveau de la matrice disciplinaire qu’une discipline existant en dehors de l’école rentre à l’école et devient une discipline scolaire. Mais que faut-il entendre par discipline scolaire ? Rappelons, avec Michel Develay[2], que le terme de « discipline scolaire » n’est pas d’un usage courant dans tous les pays. Dans certains pays, on préfère à ce terme celui de « branche d’enseignement » ou celui de « matière d’enseignement ».

Categories
Non classé

Relation curriculaire

Relation curriculaire

La relation curriculaire est le nom donnée au rapport Enseignant- Savoir à enseigner (Legendre, R., 1988). Les études curriculaires portent sur les finalités, les buts de l’enseignement-apprentissage (cf. la matrice disciplinaire) ainsi que sur les procédés adaptatifs des contenus à enseigner (cf. la transposition didactique). 

Categories
Non classé

Didactique disciplinaire ?

Dans un livre que Samuel Johsua a cosigné avec Jean-Jacques Dupin, on trouve la définition suivante :

« La didactique d’une discipline est la science qui étudie, pour un domaine particulier (ici les sciences et les mathématiques) les phénomènes d’enseignements, les conditions de la transmission de la « culture » propre à une institution (singulièrement ici les institutions scientifiques) et les conditions de l’acquisition de connaissances par un apprenant »[1] (Johsua, S. et Dupin, J.-J., 1993 : 31). 

Categories
Non classé

Didactique générale?

Le terme « didactique » vient du grec ancien διδακτικός, didaktikόs (« doué pour l’enseignement »), lui-même dérivé du verbe διδάσκω didásko (« enseigner », « instruire »). Étymologiquement, dans « didactique », l’accent est plutôt porté sur la relation au savoir en vue de l’instruction ; par contre, « pédagogie » est davantage centré sur la relation maître-élève en vue de l’éducation. Étymologiquement, « pédagogie » et « didactique » devraient être complémentaires[1] et solidaires, d’autant que l’enseignant, dans l’exercice de son métier, a à gérer d’une part le curriculum et de l’autre le groupe-classe (Cf. Germain, Cl., 2006)[2].

Categories
Non classé

Pédagogie ?

Certains (étudiants) ont souvent tendance soit à confondre la pédagogie et la didactique, soit au contraire à les considérer comme deux disciplines opposées et distinctes.  Nous nous proposons dans le présent article de montrer que ces deux disciplines, si différentes qu’elles puissent paraître, sont étroitement liées et solidaires. Si pédagogues et didacticiens ne partagent pas la même méthode de travail, il n’en reste pas moins qu’ils s’occupent des mêmes objets et se donnent les mêmes objectifs.

Categories
Non classé

La ‘communication’ des ingénieurs: la dimension absente

La parole et l’écriture ont une portée limitée dans le temps comme dans l’espace. La parole s’envole : elle disparaît aussitôt qu’elle a été émise et, de surcroit, elle « ne crée qu’une unité à l’échelle d’un petit groupe » (Bully, Ph., 1969 : 27). L’écriture, elle, reste (Les paroles s’envolent, les écrits restent), mais elle ne « vainc la distance qu’au prix d’un déplacement matériel de la chose écrite » (ibid.). Grâce au développement, par les ingénieurs, des canaux de transmission sophistiqués (comme le téléphone, la radio, la télévision, l’internet, etc.), non seulement l’information se diffuse et circule facilement entre les hommes, mais elle peut être stockée, achetée, vendue, utilisée à loisir.