Catégories
Didactique générale

Pédagogie et didactique: rapports

Dans sa pratique de classe, l’enseignant est attentif à la fois au savoir à faire acquérir et à l’apprenant à instruire. Ce constat nous conduit à nous interroger sur la part qui reviendrait à la didactique et celle qui reviendrait à la pédagogie dans l’activité éducative ; et aussi sur les différents rapports qui pourraient s’établir entre la didactique et la pédagogie. Selon les auteurs qui ont réfléchi sur la question, ces rapports peuvent être d’opposition, d’égalité, de recouvrement ou de quasi-synonymie ou encore d’inclusion.

Catégories
Didactique générale

Relation d’apprentissage

C’est la relation d’apprentissage qui se tisse entre l’élève et les savoirs dans une situation pédagogique précise (Barbeau, D. : 11). S’il est vrai que seuls les élèves apprennent et personne d’autre ne peut le faire à leur place, il n’en demeure pas moins que la manière dont les enseignants conçoivent leurs cours, les exercices qu’ils font faire à leurs élèves, les textes qu’ils leur font lire, etc.[1] « exercent également une grande influence sur les stratégies d’apprentissage et sur les stratégies d’étude des élèves »[2]. Le travail des enseignants ne se limite pas à enseigner mais aussi et surtout à faire apprendre le savoir. Develay (1993) estime que « de spécialistes de l’enseignement, les enseignants ont à devenir des spécialistes des apprentissages scolaires »[3]. Pour Legendre (1988, p. 618), un apprentissage n’a lieu que si et seulement si les trois dimensions cités supra (l’enseignant, le savoir et l’élève) sont mis en relation. L’apprentissage est « un processus interactif entre l’enseignant et l’élève », et en tant que tel, il est « une responsabilité partagé entre l’élève et l’enseignant », écrit Denise Barbeau (op.cit. : 12).

Catégories
Didactique générale

Relation d’enseignement

Cette relation s’établit, en classe, entre l’enseignant et l’élève. Elle suppose, bien entendu, un savoir à enseigner et à apprendre, sinon il n’y a point de relation d’enseignement. À la limite, comme le dit Denise Barbeau, on peut parler de « relation personnelle » entre l’enseignant et l’élève mais non de relation d’enseignement[1].