Catégories
Non classé

Pédagogie ?

Certains (étudiants) ont souvent tendance soit à confondre la pédagogie et la didactique, soit au contraire à les considérer comme deux disciplines opposées et distinctes.  Nous nous proposons dans le présent article de montrer que ces deux disciplines, si différentes qu’elles puissent paraître, sont étroitement liées et solidaires. Si pédagogues et didacticiens ne partagent pas la même méthode de travail, il n’en reste pas moins qu’ils s’occupent des mêmes objets et se donnent les mêmes objectifs.

I. Pédagogie : une théorie et une pratique éducatives

Étymologiquement, le terme de pédagogie vient des mots grecs paidós (enfant) et gogia (conduire). À Rome, le paidagôgós était, en effet, l’esclave chargé de conduire les enfants chez le magister. De nos jours, ce terme garde encore une partie de son sens étymologique : la relation à celui (l’enfant) qu’il faut conduire chez le magister en vue de l’instruction ou de l’éducation (R. Galisson, R. et Coste, D., 2005 : 49)[1]. Le mot ‘’Pédagogie’’ fait sa première apparition dans la langue française en 1485, avant d’entrer dans le Dictionnaire de l’Académie Française en 1761 où il renvoie « soit aux pratiques du pédagogue soit au discours plus ou moins savant qu’on peut tenir sur elles », écrit Henri Besse[2] (1995 : 104). De même, dans le Dictionnaire de didactique des langues « pédagogie » a deux sens : une théorie et une pratique éducatives.

I.1. Pédagogie : une théorie éducative

Au sens 1, la pédagogie est une réflexion théorique à caractère philosophique et psychologique sur les méthodes d’enseignement, les actions à exercer en situation d’apprentissage, leurs finalités et leurs orientations. 

I.2. Pédagogie : une pratique éducative

La pédagogie est aussi une action pratique « constituée par l’ensemble des conduites de l’enseignant et des enseignés dans la classe » (Galisson et Coste : op.cit.). Au sens 2, « pédagogie » renvoie à un ensemble de méthodes, de procédés, de techniques mis en œuvre, selon les situations d’enseignement-apprentissage[3]. On parle alors des pédagogies audiovisuelle, de projet ; de la pédagogie active, etc. La pédagogie est donc « (…) ce champ de la transformation de l’information en savoir par la médiation de l’enseignant, (…) » et le pédagogue « celui qui facilité la transformation de l’information en savoir … », écrit Marguerite Altet (ibid.). 

Ces deux aspects (théorique et pratique) de la pédagogie, loin d’être séparés, s’enveloppent l’un l’autre : « Le pédagogue est un praticien-théoricien de l’action éducative » [4], selon la formule de Jean Houssaye. Or, étant donné que, comme le notent Jean-Pierre Cuq et Isabelle Gruca, « pédagogie » renvoie tantôt à une philosophie de l’éducation appliquée ou à une psychologie appliquée, tantôt à un art d’enseigner, ce terme a été discrédité en France, notamment par Michel Dabène et Christian Puren qui lui substituent le terme de didactique[5] (Cuq, J.-P., Gruca, I., 2005) .


[1] R. Galisson et D. Coste, Dictionnaire de didactique des langues, Hachette, « F », 1976 ; cité par Jean-Pierre Cuq, Isabelle Gruca in : Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, PUG, Nouvelle édition, 2005, p. 49

[2] H. Besse, « Méthodes, méthodologie, pédagogie », Le français dans le monde – Recherches et Applications, Méthodes et méthodologies, n° spécial, janvier 1995, (pp. 96-108) p. 104

[3] « L’enseignement peut être conçu comme un processus de traitement de l’information et de décision en classe où le rôle de la dimension relationnelle et de la situation vécue demeure essentiel ; c’est ce vécu interactif en situation d’enseignement-apprentissage qui constitue le champ de la pédagogie. », Marguerite Altet, La formation professionnelle des enseignants, Paris : PUF, 1994, p. 4

[4] « Qu’est-ce que la pédagogie ? C’est l’enveloppement mutuel et dialectique de la théorie et de la pratique éducatives par la même personne, sur la même personne. Le pédagogue est un praticien-théoricien de l’action éducative. Il cherche à conjoindre la théorie et la pratique à partir de sa propre action, à obtenir une conjonction parfaite de l’une à l’autre, tâche à la fois indispensable et impossible en totalité (sinon il y aurait extinction de la pédagogie). », Jean Houssaye (dir.), La pédagogie : une encyclopédie pour aujourd’hui, Paris : ESF, 1993, p. 13

[5] Cf. Jean-Pierre Cuq, Isabelle Gruca, Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, PUG, Nouvelle édition, 2005.


Par Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz. Université Sidi Mohamed ben Abdellah de Fès (Maroc).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search