Catégories
Non classé

Didactique générale?

Le terme « didactique » vient du grec ancien διδακτικός, didaktikόs (« doué pour l’enseignement »), lui-même dérivé du verbe διδάσκω didásko (« enseigner », « instruire »). Étymologiquement, dans « didactique », l’accent est plutôt porté sur la relation au savoir en vue de l’instruction ; par contre, « pédagogie » est davantage centré sur la relation maître-élève en vue de l’éducation. Étymologiquement, « pédagogie » et « didactique » devraient être complémentaires[1] et solidaires, d’autant que l’enseignant, dans l’exercice de son métier, a à gérer d’une part le curriculum et de l’autre le groupe-classe (Cf. Germain, Cl., 2006)[2].

II.1. Didactique générale 

La didactique est une discipline dont l’objet est l’enseignement-apprentissage (Enseigner-Apprendre), dans un contexte scolaire, des connaissances déterminées (Savoir) relevant d’un champ disciplinaire déterminé et leurs interrelations[3]. Sans cela, il n’y aurait pas de didactique (Audigier, F, 1986 : 16)[4]. Les principaux domaines d’investigation de la didactique sont alors le curriculum (relation Enseignant-Contenu), l’enseignement (relation Élève-Enseignant), l’apprentissage (relation Élève-contenu), et leurs interrelations[5]. Ces trois pôles de réflexion sont représentés historiquement par le « triangle pédagogique » (voir figure 1). 

Grâce aux développements récents de la didactique, le « triangle pédagogique » s’est progressivement transformé en « triangle didactique », tel qu’illustré par Yves Chevallard (1985). Voir figure 2. 

L’origine de la réflexion didactique, au sens indiqué supra, remonte à la fin des années 60, à l’occasion de la « réforme des mathématiques modernes ». Cette réflexion, dit Samuel Johsua, « a constitué une véritable révolution dans un secteur entier de l’enseignement » (Johsua, S., et Lahir, B., 1999 : 30)[6]. Le terme de didactique a, lui aussi, une histoire, ajoute Johsua. On hésitait en effet, à l’époque, entre le terme de « didactique » et celui d’« épistémologie expérimentale »[7]. « Épistémologie » car, du point de vue de Guy Brousseau, il est question de l’organisation des savoirs ; cette épistémologie est dite « expérimentale » car elle devrait être mise en œuvre « en situation » (Johsua, S. et Lahir, B., op.cit. : 31). Finalement, et pour plusieurs raisons, c’est le terme de didactique qui a été retenu et popularisé grâce aux travaux de Brousseau (1970) dans le domaine de la didactique des mathématiques. Par la suite, le terme s’est imposé dans la didactique de la physique (avec Francis Halbawchs) et peu après dans les autres didactiques.


[1] Cf. Claude Germain, « Didactique générale, didactique des langues et linguistique appliquée », http://www.aclacaal.org/wp-content/uploads/2013/08/4-vol-3-nos1-2-art-germain.pdf, p. 27, consulté le 15/05/2017

[2] Cf. Emil Paun, « Transposition didactique : un processus de construction du savoir scolaire », Carrefours de l’éducation 2006/2 (n° 22), p. 3-13.
DOI 10.3917/cdle.022.0003 

[3] « (…) nous pouvons  affirmer que la didactique générale consiste en une discipline des relations et des interrelations entre l’enseignement, l’apprentissage et le contenu de l’enseignement/apprentissage. », Claude Germain, op.cit., p. 25. 

[4] Cf. F. Audigier, « Des multiples dimensions de la réflexion didactique » in : Rencontre nationale sur la didactique de l’histoire et de la géographie, 1986, p. 16. J.-L. Martinand affirme, dans le même ordre d’idée qu’il « n’est pas possible de parler de didactique sans l’exercice de ce qu’on peut appeler une « responsabilité par rapport au contenu » de la discipline … Les didacticiens ne peuvent être regardés comme des psychologues d’une espèce particulière, pratiquant une psychologie de l’apprentissage des contenus d’enseignement en situation scolaire. », Les services de l’éducation pour l’ère nouvelle, n°1-2, 1985, p. 24

[5] « Par ailleurs, dans la mesure où l’on conçoit ici la didactique générale comme l’étude des interrelations entre les trois pôles du triangle didactique ; on a intérêt à y greffer les concepts de relation curriculaire (plutôt que de « relation didactique, comme le fait Legendre 1993), de relation d’apprentissage et de relation d’enseignement. », Claude Germain, op.cit., pp. 24-25

[6] Samuel Johsua et Bernard Lahir, « Pour une didactique sociologique », Éducation et sociétés, n°4/1999/2, p. 30 

[7] « La didactique est une discipline de terrain et d’expérimentation », écrit Michel Dabène  in : Recherches en didactique du français, Grenoble, p. 25.


Par Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz. Université Sidi Mohamed ben Abdellah de Fès (Maroc).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.