Catégories
Non classé

Matrice disciplinaire

L’école est le lieu où l’on apprend quelque chose. Mais on ne peut pas tout apprendre à l’école, parce qu’à l’école on ne peut pas tout enseigner ; d’où la question : que faut-il enseigner-apprendre à l’école ? De cette question découle au moins une autre : sur la base de quoi décide-t-on de ce qui est à enseigner ? C’est pour répondre à ces deux questions que les didacticiens ont inventé le concept de matrice disciplinaire. La « matrice disciplinaire, affirme Christian Couturier, est une notion qui a été inventée pour comprendre, en didactique, les soubassements idéologiques, politiques, scientifiques, pragmatiques … à l’origine des choix disciplinaires »[1]. C’est donc au niveau de la matrice disciplinaire qu’une discipline existant en dehors de l’école rentre à l’école et devient une discipline scolaire. Mais que faut-il entendre par discipline scolaire ? Rappelons, avec Michel Develay[2], que le terme de « discipline scolaire » n’est pas d’un usage courant dans tous les pays. Dans certains pays, on préfère à ce terme celui de « branche d’enseignement » ou celui de « matière d’enseignement ».

On se représente couramment, explique Patrick Matagne, une discipline comme une « collection d’objets » (des dates en histoire, des cartes en géographie, des fonctions grammaticales en français, etc.) ; une « série d’activités » plus ou moins routinières (faire une dictée en français, résoudre des équations en mathématiques, etc.) et/ou des pratiques sociales de référence (le rôle du calcul dans la vie courante pour les mathématiques, la place de l’orthographe dans la société pour le français, etc.). Une discipline scolaire, précise Christian Couturier, est avant tout une forme, une construction historique et sociale. Elle n’existe pas, par elle-même, elle est affiliée à des pratiques et des savoirs de référence qui, eux, ne sont pas scolaires. Trois grands types de disciplines scolaires sont à distinguer : a) une discipline scolaire comme le français se réfère à plusieurs  disciplines universitaires, en l’occurrence la linguistique, l’étude de la littérature, la sémiologie, etc. ; b) certaines disciplines scolaires sont, de par leurs intitulés, pluridisciplinaires comme l’histoire-géographie qui renvoie à l’histoire de l’art, à l’ethnologie, à l’économie, à la cartographie, etc. ; c) d’autres encore comme les disciplines professionnelles ne renvoient à aucune discipline universitaire en particulier, car elles se constituant de plusieurs savoirs provenant de plusieurs sciences[3].

Toute discipline n’est pas forcément scolaire, même si elle peut le devenir. La discipline scolaire n’a pas à être confondue avec la ou les disciplines universitaires de référence. Au moins deux raisons principales à cela : i) l’une et l’autre ou les autres ne partagent pas les mêmes finalités ; ii) le passage de l’une à l’autre se fait via un double processus a) un processus d’axiologisation que l’on désigne par le concept de « matrice disciplinaire », et b) un processus de didactisation que l’on désigne autrement par le concept de « transposition didactique » (voir infra). S’il est vrai que la discipline scolaire provient de la discipline scientifique de laquelle elle s’autorise, elle s’en écarte et dispose d’une relative autonomie. En somme, une discipline scolaire reste une construction propre à la logique scolaire.

Pourquoi une discipline non-scolaire devient-elle scolaire ? C’est que l’on estime que cette discipline apporte des réponses à des besoins sociaux. Yves Chevallard écrit à ce sujet que « ’enseignement d’un savoir, en effet, est toujours la réalisation d’un projet social, plus ou moins largement partagé, porté par au moins certains groupes sociaux. Or, un tel projet, lorsqu’il n’est encore que projet, se formule essentiellement hors de l’École, et toujours à l’adresse de la Société, afin de gagner son consentement. C’est que l’École est la chose de la Société ; et que, pour cela, elle n’a pas de véritable autonomie politique »[4]. L’historien A. Chervel affirme, lui aussi, qu’« une discipline scolaire existe en fonction des besoins sociaux auxquelles elle est censée répondre ». Par conséquent, toutes les décisions concernant le choix des programmes, etc. sont, avant tout, des décisions politiques. Le pouvoir dont dispose le politique lui permet en effet d’exercer une grande influence sur les plans financier, législatif, symbolique (Couturier, Ch., op.cit.). Nul besoin de rappeler que l’École est une institution de l’État, dotée d’une mission éducative.

Néanmoins, le choix des savoirs à enseigner ne relève pas de la seule responsabilité du politique. Ce dernier, lui-même peut être  l’objet de pressions multiples. Ce choix relève aussi de la responsabilité des syndicats, des experts mais aussi de l’université. Pour qu’une discipline rentre à l’école, elle doit, certes, bénéficier d’une légitimité politique, mais aussi d’une légitimité sociale et d’une légitimité scientifique. De plus, le choix d’une discipline s’inscrit dans un paradigme, autrement dit dans une vision du monde, un ensemble croyances, de valeurs qui structurent une société, « la dynamisent et la font évoluer » (ibid.). C’est pourquoi, comme le suggère Michel Develay, lors d’un séminaire organisé par le SNEP (mai 2012), le terme de matrice est susceptible d’être rapproché des termes de paradigme et de celui de principe d’intelligibilité, même si ces termes ne sont pas équivalents.

Le choix de telle ou telle discipline est déterminé par des raisons qui ne sont pas scolaires ; ce sont plutôt des raisons d’ordre politique, culturel, social, économique, etc. C’est cela d’ailleurs qui explique l’importance variable, selon les pays, accordée à certaines disciplines scolaires (comme la littérature, l’histoire nationale, etc.) auxquelles on assigne des finalités éducatives. Lesquelles sont par la suite déclinées et précisées en objectifs à atteindre, en compétences à faire acquérir, en contenus d’enseignements, etc. 

Il en ressort que la matrice disciplinaire, précise Couturier, n’est ni les programmes de formation ni dans ces programmes ; elle est à l’arrière-plan, ce qui préside à leur élaboration. Ainsi, toutes les interrogations portant sur le pourquoi de tel programme de formation, de telle discipline, de telles compétences à acquérir, de tels objectifs à atteindre, « oilà ce qui renvoie à la matrice : la recherche du pourquoi ». Or, « tout ceci est bien marqué, jamais explicité ». « Autrement dit, contrairement à ce qui peut se dire, ce qui est écrit dans les programmes n’est pas la matrice, ce ne sont que des choix qui découlent d’une matrice non dévoilée par l’institution » (ibid.).


[1] Christian Couturier, « EPS : ‘Matrice disciplinaire’ vous avez dit : « matrice disciplinaire » !? », entretien avec Christian Couturier autour de la matrice disciplinaire, le mardi 21 mai 2013. Propos recueillis par Antoine Maurice. (En ligne) Url : www.cafepedagogique.net, consulté le 21/05/2017.

[2] « Les savoirs scolaires sont enseignées à travers des disciplines scolaires. On remarquera que le terme discipline scolaire n’existe pas dans certains pays où l’on parle de branche d’enseignement ou de matière d’enseignement. Serait-ce parce que le mot discipline renvoie aussi à la police des mœurs, à l’idée de punition ? Viserait-on à travers la discipline, comme contenus enseignés, branche de la connaissance, à développer des règles de conduite morales ? Espère-t-on que l’enseignement de contenus de savoirs, par les règles, les normes qui le caractérisent facilitent une direction morale des esprits ? Une discipline scolaire se définit, d’abord, par un esprit d’intelligibilité, son paradigme, que nous proposons de nommer une matrice disciplinaire. C’est le point de vue qui organise la totalité des contenus en un ensemble cohérent. », Michel Develay, Savoirs scolaires et didactiques des disciplines. Une encyclopédie pour aujourd’hui, Paris : ESF, 1995, p. 27 ; cité p. 88

[3] Cf. Patrick Matagne, « Qu’est-ce qu’une discipline scolaire ? », http://www.ipecformation.typepad.fr/ipec_formation/files/questce_quune_discipline_scolaire.pdf, consulté le 22/05/2017

[4] Yves Chevallard, c’est l’auteur qui souligne.


Par Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz. Université Sidi Mohamed ben Abdellah de Fès (Maroc).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.