Catégories
Didactique générale

Relation d’enseignement

Cette relation s’établit, en classe, entre l’enseignant et l’élève. Elle suppose, bien entendu, un savoir à enseigner et à apprendre, sinon il n’y a point de relation d’enseignement. À la limite, comme le dit Denise Barbeau, on peut parler de « relation personnelle » entre l’enseignant et l’élève mais non de relation d’enseignement[1].

Rappelons là aussi que la didactique générale s’occupe de l’étude des phénomènes d’enseignement-apprentissage en contexte scolaire. L’apprentissage en milieu naturel (non scolaire) ne relève pas de la didactique mais de la psychologie (Germain, Cl. : 26).À l’intérieur de cette relation, les savoirs à transmettre sont considérés à partir de la logique de la classe ; ces savoirs font alors l’objet d’une transposition didactique dite interne. À entendre par transposition didactique interne l’ensemble des transformations que subit le curriculum formel « à l’intérieur de la relation professeur-élèves (…) »[2] lors du processus d’enseignement et d’apprentissage. Emil Paun parle alors de deux curricula : un « curriculum réel » ou selon l’expression de Chevallard (1985) « le savoir enseigné », et un « curriculum réalisé » ou le « savoir appris et retenu » (Chevallard)[3].


[1] Cf. Denise Barbeau, Interventions pédagogiques et réussite au CEGEP. Méta-analyse, Les Presses de l’Université de Laval, 2007, pp. 9-10

[2] « Ce rapport, ajoute Émil Paun, on le personnalise, on l’idéologise, on l’axiologise et on le sociologise. Il porte autant l’empreinte de la personnalité des acteurs, impliqués dans l’acte éducatif que celle du modèle socioculturel de l’acte éducatif, admis et légitimé à un moment donné. » (P. 8). Le curriculum prescrit subit alors des modifications, selon les situations d’enseignement-apprentissage, et se voit alors doté « de nouvelle signification curriculaire. » (P. 8) C’est pourquoi, comme le suggère l’auteur, la TDI peut être mieux saisie « dans le cadre des analyses concernant le contrat didactique qui décrit l’action et la relation réciproque – dans le plan cognitif et socioaffectif – entre professeur et son élève. » (P. 8). « Le contrat didactique s’objective dans un système d’attentes réciproques, ayant une double dimension, normative et interprétative personnelle. Le professeur doit gérer, d’une part, les savoirs prescrits, tout en respectant les exigences qui découlent de leur caractère normatif et prescrit, et, d’autre part, il doit produire, au niveau de l’élève, un processus de construction curriculaire et cognitive. » (P. 8)

[3] Cf. Yves Chevallard, La transposition didactique : du savoir savant au savoir enseigné, Grenoble : La Pensée sauvage, 1985


Par Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz. Université Sidi Mohamed ben Abdellah de Fès (Maroc).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search