Catégories
Didactique générale

Relation d’apprentissage

C’est la relation d’apprentissage qui se tisse entre l’élève et les savoirs dans une situation pédagogique précise (Barbeau, D. : 11). S’il est vrai que seuls les élèves apprennent et personne d’autre ne peut le faire à leur place, il n’en demeure pas moins que la manière dont les enseignants conçoivent leurs cours, les exercices qu’ils font faire à leurs élèves, les textes qu’ils leur font lire, etc.[1] « exercent également une grande influence sur les stratégies d’apprentissage et sur les stratégies d’étude des élèves »[2]. Le travail des enseignants ne se limite pas à enseigner mais aussi et surtout à faire apprendre le savoir. Develay (1993) estime que « de spécialistes de l’enseignement, les enseignants ont à devenir des spécialistes des apprentissages scolaires »[3]. Pour Legendre (1988, p. 618), un apprentissage n’a lieu que si et seulement si les trois dimensions cités supra (l’enseignant, le savoir et l’élève) sont mis en relation. L’apprentissage est « un processus interactif entre l’enseignant et l’élève », et en tant que tel, il est « une responsabilité partagé entre l’élève et l’enseignant », écrit Denise Barbeau (op.cit. : 12).

À l’intérieur de cette relation, la réflexion de l’enseignant, du didacticien porte sur ce que Claude Germain préfère appeler les « mécanismes  d’appropriation » pour désigner tout ce qui se rapporte aux « processus d’apprentissage », aux « opérations mentales », aux « opérations cognitives », aux « styles cognitifs », aux « styles » ou « stratégies d’apprentissage », etc. en contexte scolaire[4]. Il s’agit des « mécanismes d’appropriation, par un apprenant, d’un certain contenu (disciplinaire ou non disciplinaire), par l’entremise d’un enseignant. » (Germain, Cl. : 30).

En somme, la didactique s’occupe de l’enseignement-apprentissage d’un savoir en contexte scolaire. Pour cela, le didacticien est tenu de connaître, rappelle Claude Germain, les buts et les finalités de l’enseignement-apprentissage ; maitriser les procédés transformationnels des contenus à enseigner, les mécanismes d’appropriation d’un certain contenu et enfin la démarche didactique. Pourtant, toutes ces connaissances sont, certes, nécessaires mais non suffisantes pour l’élaboration d’une didactique spécifique ou générale (Germain, Cl. : 31).


[1] « Les travaux actuels de didactique s’accordent très massivement sur l’aspect constructiviste de l’acquisition des connaissances, même si leurs problématiques et méthodologies sont variées, les unes s’inspirant par exemple du courant piagétien, alors que d’autres se réfèrent davantage à la psychologie cognitive qui modélise le traitement de l’information en interaction avec les acquis de l’intelligence artificielle. (…)

Quels que soient les points en discussion, on reconnaît largement que la compréhension est quelque chose qui ne se transmet pas et qui ne peut s’opérer que moyennant la participation centrale de l’apprenant. Cela ne signifie nullement que l’enseignant n’ait pas une fonction centrale au cours de l’apprentissage, mais que celle-ci ne doit pas être pensée comme substitutive. Mieux vaut parler avec Bruner de « fonction d’étayage » de l’adulte, c’est-à-dire d’un mode d’intervention qui essaie de se régler sur le fonctionnement intellectuel de l’élève, afin de mieux en réussir le dépassement. », Jean-Pierre Astolfi, Michel Develay, La didactique des sciences, Paris : PUF, Que sais-je ? 1988, pp. 67-67, (ce sont les auteurs qui soulignent).

[2] Tardif,(1997) p. 15 ; cité par D. Barbeau, p. 11

[3] M. Develay, op.cit., p. 36, cité par D. Barbeau, op.cit., p. 11.

[4] « Si l’on prend comme objectif la compréhension d’une notion donnée, il est inévitable qu’on soit amené à se poser la question de ce qui fait que l’élève parvient ou ne parvient pas au niveau de compréhension visé. C’est ainsi qu’on aborde la question de « l’activité cognitive » de l’élève, ce que l’on appelait autrefois le « raisonnement ». Cognitif signifie ici qu’il s’agit d’actions ou de modes de pensée en rapport avec un domaine de connaissance déterminé. En effet, il ne s’agit pas de dégager des lois générales, comme tente de le faire la psychologie, mais de s’intéresser à la manière dont l’élève traite un contenu et une situation donnés. », Jean Julo, « La didactique, c’est quoi exactement ? », Cahiers de Beaulieu, n°7. Rennes, Université de Rennes-I ? 1989, p. 77, c’est l’auteur qui souligne.


Par Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz. Université Sidi Mohamed ben Abdellah de Fès (Maroc).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search